ORGAMANL’



Yvan-Peyches-orgue-mansle-orgamanl
Biographie d'Ivan PEYCHES (Par les élèves de l’Ecole Primaire CM1-CM2)

1) Son enfance, ses études
Ivan PEYCHES est né à Libourne (près de Bordeaux) en 1906. Son père, Albert PEYCHES possédait une boulangerie et un peu de vignes. Il aimait bien les nouvelles techniques et a possédé plusieurs voitures. Ivan PEYCHES est allé à l'école pendant la guerre 1914-1918.
A six ou sept ans, il a inventé un mini- télégraphe dans la cheminée de sa grand- mère et a imaginé une machine à coudre à l'âge de huit ans, ce qui lui a valu un prix national.
Il a fait des études de physique, a passé deux baccalauréats (un de Mathématiques et un de Sciences-Physiques).
Il a passé un grand concours (l’agrégation) et a terminé troisième sur toute la France. Pendant son service militaire, il a inventé un appareil à tir fictif (c’est-à-dire virtuel). Il a obtenu le grade de lieutenant. Il s’est marié peu après avec une étudiante en histoire (elle s’appelait Elena). Ensuite, il a fait des études à la Sorbonne et a obtenu son doctorat de physique.

2 ) Son entrée dans la vie active
Après son doctorat, il devient professeur de physique à Rochefort. On le remarque et il entre à Saint-Gobain (verrerie) en 1937 à 31 ans.. La guerre éclate, il est mobilisé en 1939 et fait prisonnier à la débâcle.
En prison (prison des Officiers, car il était lieutenant), il donne des conférences sur l’astronomie. Il est libéré en 1941 après des négociations entre le gouvernement de Vichy (qui a besoin de savants) et Berlin. A partir de ce moment, il voyage beaucoup (Londres, New York, ...).
A Paris, on lui confie la direction des recherches de Saint Gobain (plusieurs centaines d’ingénieurs y travaillent sur le verre). Il a participé à la construction des hublots du concorde, a inventé le procédé TEL qui a permis l’industrialisation de la laine de verre et c’est un peu grâce à ses travaux que nous avons des larges baies vitrées (avec de très grands carreaux). Deux ans avant sa retraite (il est parti à la retraite en 1971 à 65 ans), il entre à l’Académie des Sciences. A son entrée, il reçoit son costume d’académicien de couleur verte et brodé de fils d’or. On lui remet son épée d’académicien qui est en verre. La lame est flexible grâce à un procédé qu’il a inventé. Max Ingrand a dessiné l’épée.
Il habite à Paris. Il s’intéresse à l’énergie solaire. Il a toujours aimé bricoler après son travail. C’est pendant ces moments là qu’il a fait des vitraux, un petit télescope, un petit train, des maquettes et trois orgues (dont deux électriques).

3 ) Sa retraite
Pendant sa retraite, Ivan Peychès termine le troisième orgue (celui qui sera légué à la ville de Mansle). Il abat un étage de sa maison pour que l’orgue y loge. Il réalise aussi des fouilles archéologiques dans plusieurs châteaux et dessine des fresques au pyrograveur. Son épouse et lui n’ont pas eu d’enfants. Ivan Peychès meurt le 30 septembre 1978 à 72 ans d’un arrêt cardiaque. Il est enterré sur l’île de Ré. Sa femme est décédée en 1992.



orgamanl-orgue-mansle